Partager cette page

La concession pleine terre ou caveau

Lors d’une une inhumation il est possible d’avoir deux types de sépultures, l’un par concession en pleine terre, l’autre par caveau. Nous vous en expliquons la différence et les règles qui s’appliquent dans chacun des cas.

Explications sur la concession qu’elle soit en pleine terre ou en caveau bétonné.

La tombe en pleine terre

L’inhumation dite en pleine terre consiste au fait d’enterrer le défunt en creusant un trou dans le sol. Dans ce cas précis, seule la semelle est obligatoire.  La mairie peut également demander de construire en plus une fausse case sous la semelle. Lire notre article consacré à la fausse case. L’inhumation en pleine terre n’est pas majoritaire en France, nous pourrions résumer les raisons pour lesquelles les familles choisissent ce type de sépulture ainsi :

  • Pour des raisons religieuses et/ou éthiques.
  • Pour des raisons financières (pour un caveau la construction est plus onéreuse)

Sachez qu’aucune mairie ne peut vous interdire ce choix. En revanche le cercueil résiste moins longtemps à ce type d’inhumation en raison de la forte humidité et du mouvement des sols. Vous pouvez également décider d’ériger un monument funéraire sur une concession en pleine terre.

La concession au sein d’un caveau funéraire

Un caveau est une construction dans le sol bétonné qui peut comporter une ou plusieurs cases.  Contrairement à l’inhumation en pleine terre, l’isolation est meilleure et la stabilité du moment est également de meilleure qualité.

Ce type de concession est privilégié par les familles car il peut comporter plusieurs cases et donc regrouper plusieurs membres d’une même famille.

La fausse case

Pour mettre en place une fausse case, il faut creuser environ 50 cm et construire un coffrage en béton. Celui-ci est coulé en seule fois et un pourtour entour la sépulture sur 50 cm de hauteur et 20 cm de largeur. Cela permet d’établir une structure solide.